Peralta de Alcofea se trouve sur la limite sud de la comarque, sur un terrain légèrement ondulé sur la rivière Alcanadre et il nous fait découvrir une autre facette du Somontano: un paysage semi aride aux doux reliefs de collines et de plateaux rocheux, peuplés de sabines, de genévriers et de plantes aromatiques. 

Ses habitants , qui par le passé se dédièrent à la culture non irriguée, ont ces dernières années transformé le paysage créant de vastes étendues irriguées sur lesquelles sont cultivées des plantes fourragères, du mais ou de la luzerne.

La municipalité comprend les noyaux de El Tormillo et Lagunarrota. En plus d’être une scène d’une surprenante nature, il conserve les traces de son passé médiéval.

Pour découvrir le mosaïque de paysages que nous offre le Somontano, du Nord au Sud, rien de mieux que de suivre depuis Peralta de Alcofea la Route de la Transhumance, un parcours de 37 Km. balisés, à faire à pieds ou en VTT.

Ses origines se perdent dans la nuit des temps (époque ibérique) quand la vie se concentrait autour des villages de Peralta la Vieja et Puimeler (colline du miel), près de la rivière Alcanadre, où l’on a aussi retrouvé les monumentales restes d’oeuvres hydrauliques d’origine romaine (restes d’un grand barrage et les supports d’un pont).

Le toponyme “Petra Alta” est latin, tandis que celui d’“Alcofea” évoque les temps où l’islam possédait encore ces terres.

Il a un passé de légende: on raconte que Le Cid Campeador y campa avec sa troupe, quand vers 1099, exilé de Castille, il entra au service du roi de Saragosse pour combattre son frère infidèle, le roi de Lérida.

Une promenade dans ses rues nous fait découvrir des maisons comme Casa Polo ou Casa del Abogado, patrimoine d’anciennes familles de petits nobles.

Des lièvres, des perdrix, des genettes, des renards, des blaireaux, des fouines ou des sangliers trouvent sur les collines de Peralta tout ce dont ils ont besoin pour vivre et se reproduire. Mais la richesse ornithologique y est remarquable, car ici vivent l’outarde canepetière et la ganga unibande, le rollier d’Europe, le busard cendré, le vautour percnoptère et le majestueux aigle royal.

L'édifice le plus significatif de la localité est l'Eglise paroissiale de Nuestra Señora de la Asunción, de style roman.

Sur la partie la plus haute du hameau, se dresse l'Ermitage de San Juan, datant du XIIIe siècle.

Peralta de Alcofea célèbre ses fêtes en l'honneur de Nuestra Señora de la Asunción, à partir du troisième samedi du mois d'août.

 

  • Peralta de Alcofea. Introduccion 2
  • Peralta de Alcofea. Introduccion 3
  • Peralta de Alcofea. Introduccion 4
  • Peralta de Alcofea. Introduccion